Personnages célèbres de Saint-Thomas

saint-florent-de-strasbourg

SAINT FLORENT de Strasbourg (VIIème siècle)

Saint Florent de Strasbourg est le 13ème évêque de Strasbourg, de 678 à 693. Sa Fête propre est le 3 avril et celle de sa translation en 810 à Haslach le 7 novembre.

Faits marquants de son histoire

Dans les sources bénédictines, cet évêque de Strasbourg est décrit comme un moine irlandais, venu en Alsace pour vivre comme un ermite. Il s’installa sur le mont Ringelberg et ne tarda pas à attirer des disciples. Il fonda pour eux plusieurs monastères dont celui d’Haslach.
Saint Florent est un protecteur du bétail, très populaire au Moyen Âge dans les Vosges. Il est aussi devenu un saint thaumaturge, soignant notamment les coliques et autres maladies digestives par son intervention purgative.

Saint-Florent à l’église Saint-Thomas

A sa mort, il est inhumé dans le monastère et église-crypte qu’il avait fondé, à l’emplacement de l’actuelle église Saint-Thomas de Strasbourg. Le 7 novembre 810 ses reliques sont transférées au monastère d'Haslach.

ÉVÊQUE ADELOCH
(786-823)

Faits marquants de son histoire

Adeloch fut le 27ème évêque de Strasbourg de 817 à 822. Il succéda à Erlehardus. Il était le précepteur de Louis le Pieux, le fils de Charlemagne.

L’évêque Adeloch à l’église Saint-Thomas

Au IXème siècle, l'évêque Adeloch décide de reconstruire une église vers l'an 820, en même temps que l'école avoisinante dont il confie la gestion à un chapitre de religieux.
Afin de manifester leur reconnaissance à l’évêque Adeloch, les religieux vont faire sculpter un magnifique sarcophage de style roman aujourd’hui conservé dans l’église Saint-Thomas. Il est richement décoré et date de 1130. Sculpté dans le grès rose, il est classé monument historique depuis le 4 février 1991 au titre d’objet.
Selon l’historien de l’art Robert Will, on peut attribuer ce chef d’œuvre de la sculpture romane locale du début du XIIème siècle à l’atelier du cloître d’Eschau.
Ce sarcophage repose sur le corps de quatre lions. Le couvercle en bâtière comporte une inscription latine. La cuve romane présente une série d'arcature en plein cintre à clocheton sous laquelle on retrouve notamment l'évêque Adeloch face au Christ et Sainte-Barbe. Des personnages évoquant la tentation ainsi que des décors végétaux sont également figurés.

NICOLAS ROEDER
( ? – 1510)

Nicolas Roeder fut un grand mécène de la ville de Strasbourg, qui a vécu à la fin du XVe siècle et mourut en 1510.

Faits marquants de son histoire

On sait peu de choses sur lui au point que les historiens en sont réduits à des hypothèses dans leurs ouvrages.
Il serait un marchand, membre de la corporation strasbourgeoise du Miroir, originaire de Lahr, une ville allemande du Bade-Wurtemberg, qui aurait fini par s’installer à son compte après avoir travaillé pour la famille des Ingolt, une famille de grands marchands strasbourgeois.
En 1498 dans son testament, il commande une sculpture monumentale, Le Mont des Oliviers, destinée au cimetière de l’église Saint-Thomas de Strasbourg. Elle sera transférée à la cathédrale en 1667. Elle se trouve aujourd’hui contre le mur de l’abside de l’actuelle chapelle Saint-Laurent.

Nicolas Roeder à l’église Saint-Thomas

Dans son testament, il commande également une tombe ; c’est un signe majeur de son statut social et de sa richesse. L’église Saint-Thomas abrite donc sa dalle funéraire sur le mur oriental du croissillon nord du transept à droite du mausolée du professeur Jean-Daniel Schoepflin. La dalle funéraire le représente sous forme d’un squelette, un transi médiéval. Une épitaphe en vers en langue allemande entoure la pierre rappelant la précarité de l’existence humaine.

martin-bucer

MARTIN BUCER
(1491 – 1551)

Martin Bucer, né le 11 novembre 1491 à Sélestat et mort le 28 février 1551 à Cambridge, est un humaniste, théologien et réformateur protestant alsacien.

Faits marquants de son histoire

Martin Bucer est principalement connu comme étant l’une des figures de la Réforme protestante au XVIe siècle.
Né d’un père tonnelier et d’une mère sage-femme, Martin Bucer entre dans l’ordre des Dominicains où il fait dix ans d’études de théologie. En 1518, il rencontre Luther et adopte ses idées. Il s’installe à Strasbourg où il organise des cours bibliques et introduit la Réforme en 1529. Il accueille Calvin chassé de Genève en 1538 pendant plusieurs années.
S’opposant à l’empereur, Bucer est contraint à l’exil en Angleterre vers 1549. Enseignant à Cambridge, il collabore jusqu’à la fin de sa vie à la jeune réforme anglicane.
Humaniste, il a toute sa vie, tenté de sauvegarder l’unité de l’Église. Il essaie aussi de rapprocher catholiques et protestants sur les points fondamentaux même si ses tentatives échouent.

Martin Bucer à l’église Saint-Thomas

Martin Bucer est une personnalité, qui a marqué la ville de Strasbourg en devenant tout comme Jacques Sturm un porte-parole du mouvement évangélique strasbourgeois, à la fois vis-à-vis des autorités municipales, des représentants de l'Église catholique et des mouvements radicaux dissidents. Il exerce la charge de pasteur successivement à Sainte-Aurélie et à Saint-Thomas de 1531 à 1540.